(Last Updated On: 1 juin 2022)
4.9/5 - (10 votes)

La rédaction web ne fait pas tout le référencement naturel. Il ne suffit d’ailleurs pas de coucher une suite de mots sur vos pages web pour que Google daigne y jeter un œil. Pour qu’il s’y intéresse, vous devez faire bon usage des mots-clés, mais pas que. Vous devez également utiliser, intelligemment, les différentes astuces pour bien optimiser vos contenus. Voici quelques conseils pour vous aider.

 

Le référencement naturel c’est quoi ?

C’est un ensemble de techniques qui permet d’optimiser les articles que l’on rédige pour son site web. L’optimisation aide à obtenir une place sur la première page des résultats de recherche et donc d’avoir une bonne visibilité par rapport aux concurrents. Et qui dit bonne visibilité et bon positionnement dit meilleur trafic vers votre page et plus de chiffre d’affaires.

Bien rédiger un article est donc un bon début, mais il faut l’optimiser pour que Google lui accorde tout son crédit. Cela implique un travail en deux temps : la rédaction et l’optimisation, tous deux par le biais d’une bonne stratégie SEO.

La stratégie SEO c’est quoi ?

Stratégie SEO

C’est la feuille de route qui devrait vous permettre d’entrer dans les bonnes grâces de Google. Ce plan d’action devra mettre en œuvre les différents outils proposés par Google afin d’améliorer le referencement et être établi selon les règles imposées par le moteur de recherche.

Rappelons toutefois que le SEO n’est pas une recette qui marche à tous les coups puisque la réussite dépendra avant tout des efforts que vous faites et des mises à jour que vous réaliserez régulièrement sur vos pages en fonction des changements lancés par Google. Dans tous les cas, une bonne stratégie SEO s’intéresse à tout ce qui a trait au site en partant de son design au respect du thème sans oublier la qualité et la pertinence des contenus et les différentes astuces pour les optimiser.

Rédiger un article SEO : comment faire ?

Optimiser un article SEO consiste à rédiger du contenu avec des mots-clés précis, tout cela en privilégiant le côté naturel du fil d’idées et en respectant les règles de Google.

Pour permettre à un article d’être bien positionné sur les moteurs de recherche, voici les règles à respecter …

Déterminer les objectifs

Lorsque vous rédigez un contenu, vous avez forcément un but. Est-ce pour informer vos lecteurs, pour vendre un produit, pour mettre en avant votre savoir-faire, pour promouvoir votre image de marque, pour attirer plus de trafic … ? Il est important de bien définir vos objectifs dès le départ et de bien les garder en tête tout au long de la rédaction. L’objectif vous servira de ligne directrice à chaque étape du travail à fournir (recherches, choix des mots clés, plan …).

Identifier le buyer persona

Lorsque vous rédigez un journal intime, vous écrivez pour vous-même alors que lorsque vous écrivez un article à publier sur le web, vous le faites pour les internautes, mais lesquels ? Il est impératif de déterminer pour quel public cible est destiné votre article. C’est une étape décisive puisqu’elle conditionne le fait que le contenu soit lu et apprécié par les personnes auxquelles il est destiné.

Par conséquent, prenez le temps de déterminer votre buyer persona et de bien établir son profil. Pour rappel, le buyer personna c’est votre cible idéale. Il représente un client potentiel donc avant même de rédiger, vous devez connaître ses attentes, ses goûts, ses habitudes, son comportement en général … C’est grâce à toutes ces informations que vous choisirez le ton à adopter, le style d’écriture à suivre, les arguments à avancer et même les mots et jargons à utiliser.

A lire – Buyers personas : comment les insérer dans votre stratégie de content marketing ?

Le bon choix des mots-clés

Chaque fois qu’on vous donne un sujet, vous pourrez déjà identifier le mot-clé principal ou l’expression-clé principale.

Dans votre article, le but n’est pas de le répéter 100 fois, mais de l’insérer de manière naturelle puis d’utiliser, intelligemment, son champ lexical c’est-à-dire d’autres mots qui se réfèrent à l’univers du mot clé principal ou des synonymes. Là encore, il faut éviter d’en mettre trop ou de faire trop de répétition, mais d’en intégrer naturellement afin de ne pas dénaturer le contenu.

Aussi, tous les mots appartenant au champ lexical ne sont pas forcément pertinents. Il faut que vous appreniez à choisir les bons c’est-à-dire les moins compétitifs, mais qui ne s’éloignent pas trop du principal. Une autre astuce consiste à choisir des mots-clés à longue traîne qui permettent de se démarquer de la concurrence et d’être facilement positionné par Google.

Exemple :

Mot clé principal : Mexique

Mot clé longue traine : quand aller au Mexique

Un mot-clé à longue traîne est une expression-clé qui tourne autour du mot-clé principal. Certains outils permettent d’en trouver facilement comme Google Keywords Planner ou SEMRUSH.

Une dernière précision importante à faire : chaque page de votre site doit être axé sur un mot-clé principal unique. Ce dernier doit se retrouver dans l’url, dans le titre H1 et dans la balise title. Vous pouvez utiliser d’autres expressions secondaires pour la balise meta et pour les sous-titres.

Lire aussi – Expression-clé : une base essentielle au SEO 

Analyser la concurrence

Ca y est, vous avez établi votre liste de mots-clés ? C’est une bonne chose, mais avant de la finaliser, vous devez d’abord analyser la concurrence. Pour chaque mot-clé principal retenu, saisissez-le dans le moteur de recherche pour voir qui sont vos principaux concurrents.

Pour information : en SEO, vos concurrents directs sont les pages qui se positionnent sur les mêmes mots-clés que vous.

Ainsi, une fois la liste des SERPs affichée, étudiez l’autorité des sites dans le haut du classement pour voir si vous êtes plus influent qu’eux. Cette vérification va vous permettre de choisir des expressions clés performantes, mais peu concurrentielles. Ce sont les mots-clés de longue traîne. Grâce à eux, vous écartez les concurrents tout en gagnant plus de trafic qualifié.

A lire – Règle SEO de base : connaître ses concurrents pour mieux optimiser sa page

Trouver un sujet à forte valeur ajoutée

Au début, trouver des sujets est un jeu d’enfant surtout lorsque le site est encore vide. Au fur et à mesure que le nombre d’articles augmente, on a de plus en plus de mal à en trouver surtout lorsqu’on a choisi une thématique très précise. Il est pourtant essentiel d’offrir des contenus à forte valeur ajoutée à ses lecteurs. Pour ce faire, notre premier conseil est d’opter pour un thème qui ne soit pas trop axé sur une seule chose sans pour autant tomber dans le trop généraliste.

Si vous choisissez un thème tel que le monde professionnel, Google aura plus de mal à vous référencer, car c’est un univers trop généraliste. Par contre, si vous choisissez un domaine plus précis tel que la restauration, vous classer devient plus facile. Ce secteur est assez vaste pour avoir des tas de sujets à forte valeur ajoutée. Vous pouvez même vous spécialiser davantage en choisissant par exemple la cuisine française, mais évitez les domaines trop précis comme la pizzeria. Pendant un temps, vous aurez beaucoup de sujets à traiter, mais au fil du temps, vous n’en trouverez plus d’assez pertinents. Pour être bien référencé, vos articles de blog doivent montrer que vous êtes un expert dans votre domaine.

Ensuite, pour trouver des sujets à forte valeur ajoutée, intéressez-vous aux intentions de l’internaute. Etudiez soigneusement les requêtes saisies et puisque vous connaissez très bien votre buyer persona, essayez de deviner ce qu’il attend réellement de cette recherche. Le but n’est pas seulement d’offrir un sujet novateur et peu repris, mais un contenu de qualité qui intéresse réellement et qui apporte les réponses tant attendues.

N’oubliez pas qu’en SEO, le contenu est roi donc tâchez de vous en souvenir.

A lire – Pourquoi devez-vous investir dans le content marketing ?

Etablir des pages piliers

Ces pages permettent de regrouper vos articles sous des groupes thématiques et donc de référencer facilement vos articles de blog. Elles permettent aussi d’améliorer le maillage interne et facilite l’accès aux articles. En liant vos articles entre eux, vous transférez l’autorité des uns vers les autres.

Bien choisir le titre SEO de son article

On ne vous le dira jamais assez : il faut soigner votre titre. Pour ce faire, il faut qu’il soit attirant et pas trop long. Il doit contenir le mot-clé principal, voire même commencer par ce mot pour être percutant.

Et une astuce qui marche toujours : utilisez les chiffres dans le titre. Le titre « 5 pays à visiter en Amérique du Sud » est par exemple plus intéressant que « Les pays à visiter en Amérique du Sud ».

A lire – Rédaction web : comment trouver des titres percutants ?

Etablir un plan de rédaction

Après les étapes ci-dessus, intéressez vous maintenant au plan de rédaction. Beaucoup de rédacteurs SEO le négligent et pourtant, établir un plan permet d’apporter plus de cohérence dans la suite des idées et au contenu en général. Il va ensuite faciliter la rédaction proprement dite. En tant que squelette de votre article, il doit se composer des balises H1, H2, H3 … Puisque le H1, vous l’avez déjà défini en amont, il ne vous reste plus qu’à trouver des H2 qui y répondent. Il vous revient ensuite de trouver des H3 relatifs à vos H2 ou vous limiter aux H2 en fonction de la longueur du texte et de vos arguments.

Pour savoir si vos H2, H3 … sont cohérents, voici la petite astuce : les H2 doivent répondre directement au H1 tandis que les H3 doivent répondre au H2 auxquels ils sont rattachés. En gros, ils doivent déjà permettre de comprendre le sens de l’article.

A chaque sous-titre choisi doit correspondre un argument majeur avec des mots-clés à utiliser. Ces derniers doivent être mis en gras.

En matière de rédaction web, la recherche (informations et mots-clés) et l’établissement du plan sont ceux qui nécessitent le plus de temps. Une fois que c’est fait, la rédaction vient d’elle-même puisqu’il ne vous reste plus qu’à développer et à construire des phrases autour des arguments et des mots-clés.

Mettre des balises Hn dans votre texte

Il est important d’aérer votre texte en utilisant des balises h1, h2, h3, … autant qu’il en faudra pour que les 2 000 mots ne soient pas lâchés en un seul bloc de texte. Vous pouvez même utiliser d’autres sous-sous-catégories afin de rendre la lecture la plus agréable possible.

Pour information, la balise h1 est celle utilisée pour le titre principal. La balise h2 sera utilisée pour les sous-titres, la balise h3 pour les sous-sous-titres et ainsi de suite.

A lire :  Les balises H1 H6 les bonnes pratiques !

Bien rédiger la méta description

En ce qui concerne le titre SEO et la meta description, que bon nombre de rédacteurs négligent souvent, ils ne vont pas apparaître dans le contenu proprement dit, mais influent néanmoins sur le taux de clics (CTR). En effet, les internautes les verront sur la page des résultats de recherche et c’est ce qui va les encourager à cliquer ou non sur votre lien. Il est donc important de les soigner et tout comme le titre, ils doivent contenir le mot-clé principal, être percutant et pas trop long.

Et puisqu’on a déjà évoqué la meta-description, sachez qu’elle est aussi essentielle pour votre référencement. Il s’agit d’un petit résumé accrocheur de votre article, un texte qui donnera envie au lecteur de poursuivre la lecture de l’article dans sa totalité. Ce texte apparaît sous le lien de votre site dans les résultats des recherches. Si le lecteur la trouve intéressante, il cliquera sur votre site donc elle est décisive.

A lire – SEO : comment réussir la rédaction de ses méta descriptions ?

Pour précision : il faut faire la différence entre percutant et racoleur. Le premier éveille l’intérêt tandis que le second vend des rêves donc à éviter.

Bien rédiger l’introduction de son article

C’est le premier paragraphe que vos lecteurs liront donc s’ils le trouvent trop banals ou remplis de bla-bla-bla, ils quitteront le site sans tarder. Il est important de bien le soigner en insérant le mot-clé principal une fois dans les premiers 100 mots.

Gardez en tête que c’est une manière d’introduire, une fois encore le sujet et le mot-clé. Lorsque l’introduction est pertinente, elle est souvent considérée comme la balise meta description.

Définir le nombre de mots requis

Votre page a réussi à se glisser sur la première page des résultats de recherche ? Bravo, mais ce n’est pas fini ! Il faut faire en sorte qu’il y reste et cela n’est pas toujours simple.

L’astuce pour espérer garder un bon positionnement c’est de revoir et de mettre à jour vos textes. Si à la première rédaction, vous les avez faits assez courts, il est grand temps de les rallonger, car la tendance tourne aujourd’hui autour des 2 000 mots.

Lire aussi – Quelle est la longueur idéale pour un article de blog ?

Attention, il ne suffit pas seulement d’apporter plus de détails aux idées que vous avez déjà formulées dans le texte, mais d’apporter de nouvelles idées et/ou arguments pour prouver à Google que vous maîtrisez parfaitement le sujet. D’ailleurs, pour classer les sites, ce moteur de recherche considère aussi que la connaissance du sujet est un critère de pertinence important sans oublier le contexte.

Rédiger un contenu de qualité

Voici quelques conseils pour la rédaction proprement dite :

  • Vos titres et sous-titres doivent être accrocheurs et optimisés : ils doivent contenir un mot-clé pertinent et doivent être clairs.
  • Utilisez des phrases d’accroche qui attirent l’attention pour faciliter la lecture en diagonale, adoptée par une grande majorité d’internautes. Vous pouvez mettre certaines phrases en gras pour les mettre en exergue.
  • Privilégiez la qualité donc évitez les fautes d’orthographe ou de grammaire, les tournures trop complexes … A découvrir – Les fautes d’orthographe courantes en rédaction
  • Travaillez la sémantique : un champ sémantique riche prouve que vous comprenez très bien le sujet traité et que vous avez compris l’intention de recherche.
  • Proposez un contenu lisible : même si votre texte doit être sémantiquement riche, il faut éviter le bourrage de mots-clés. Ces derniers doivent être insérés de manière naturelle pour que la lecture soit fluide et permette une compréhension aisée du contenu.
  • Faites très attention au contenu dupliqué : les citations et parties d’autres textes reprises doivent être suivies de la source pour éviter toute duplication de contenus. Les informations doivent être bien synthétisées pour éviter la copie. L’ordre d’idée doit être revu pour ne pas plagier vos sources. Un article nécessite plusieurs sources pour que vous ne soyez pas tenté de copier votre unique source que ce soit en structure ou en contenu.

Lire aussi – Rédaction web : comment citer correctement les sources ?

Enfin, toujours en termes de rédaction, pensez à produire des contenus propices au partage sur les réseaux sociaux. On pense aux vidéos, aux textes « bonnes astuces et bons plans », aux articles réellement pertinents …

Le référencement des images

Plus le texte est long, plus il faudra d’images toujours pour éviter le style bloc de texte. Il est important de les choisir belles, dans un bon format et de ne pas oublier la balise alt qui s’y réfère.

A lire :

Pour que la navigation reste fluide, pensez à réduire la taille de l’image sans prendre un trop petit format. Sachez que de nos jours, Google tient compte de l’index mobile pour tous les sites, même lorsque vous les consultez sur ordinateur. La vitesse de téléchargement ne doit donc pas être entravée par des images trop lourdes.

En ce qui concerne la balise alt, il est important de la renseigner pour que le robot puisse aussi la référencer. Et bien sûr, il ne faut pas omettre d’y insérer le mot-clé principal.

Penser aux vidéos

Les contenus textuels sont bons, mais les vidéos ont plus d’impact positif. De nos jours, les internautes (surtout les mobinautes) sont très friands des vidéos. Pensez donc à en proposer de temps en temps sur votre site ou dans vos articles de blog. Un autre avantage : ils retiennent les internautes plus longtemps sur votre site, mais attention à leur qualité, à leur contenu et à leur longueur. Les vidéos courtes sont parfois plus pertinentes, mais tout dépend du contenu à mettre en avant.

A lire – Contenu vidéo : comment l’optimiser pour le référencement ?

Une bonne stratégie du netlinking

Tous les critères cités ci-dessus ont été respectés, mais votre site n’a pas encore avancé autant que cela ? Rassurez-vous, il vous reste d’autres astuces à mettre en œuvre comme le netlinking. Dans ce contexte, on distingue les liens internes des liens externes (entrants et sortants), mais ils sont tous importants.

A lire : Faites des liens, des liens sortants mais pas n’importe comment !!

Les liens internes permettent de lier vos articles entre eux et de travailler ce que l’on appelle maillage interne. Il a pour objectif d’optimiser un article SEO en cours tout en améliorant le référencement des autres pages avec lesquelles vous avez établi un lien. D’un point de vue humain, c’est une manière d’inciter les internautes à lire vos autres articles.

A découvrir – Maillage interne : la méthode N-gramme pour déterminer les pages à mailler en priorité

Lorsqu’on parle de liens externes, il peut s’agir de :

  • liens sortants : ils permettent de lier votre article à un contenu appartenant à un autre site afin d’apporter au vôtre des compléments d’informations. Cela signifie que les sujets doivent être complémentaires. Le lien est inséré dans votre article et redirige vos lecteurs vers une page appartenant à un autre site.
  • Liens entrants ou backlinks : Il s’agit d’un lien sortant qu’un autre site a intégré dans un de ses articles, mais qui pointe vers votre site. Résultat : il va inciter les lecteurs de cet autre site à venir consulter votre article. Attentions toutefois, tout ce qui est backlink n’est pas forcément bon pour vous, car s’il vient d’un site à faible notoriété, cela ne vous apportera rien et pire encore, Google peut vous mettre dans le même panier que ce site de qualité inférieure. A surveiller de très près donc …

Pour information, lorsqu’on parle de netlinking, on a souvent tendance à se référer uniquement aux backlinks, mais globalement, une campagne de netlinking inclut tous les types de liens, y compris les liens brisés qu’il faut supprimer rapidement. Pensez aussi à corriger les erreurs d’URL 404 pour ne pas donner une mauvaise expérience à vos lecteurs. N’oubliez pas d’effectuer les redirections qui s’imposent par la suite.

Enfin, un point très important, lorsque vous souhaitez insérer un lien externe, mais que vous doutez de la qualité du site de destination, mettez-le en NoFollow. Cela va empêcher le transfert d’autorité de votre site vers le site de destination.

A lire :

Choisir des urls courtes et claires

Idéalement, une url doit faire moins de 80 caractères. Au-delà, elle est jugée peu qualitative, mais rassurez-vous, sa longueur n’est pas une raison pour vous faire pénaliser. On tient seulement à préciser qu’une url courte est plus facile à comprendre pour les robots crawlers, ceux en charge de l’indexation et du classement des sites dans les SERPs. Autant alors éviter de compliquer leur travail.

Et toujours en parlant d’url,

  • n’oubliez pas d’y insérer le mot-clé principal qui définit l’ensemble de la page ;
  • évitez d’y insérer des caractères spéciaux : accent, pourcentage, cédi, espace …

A lire – Structure des urls : comment la rendre SEO friendly ?

Utiliser les outils google pour analyser vos contenus

Google analytics est un outil qui vous permettra de voir vos progrès et d’apporter des améliorations à vos efforts si cela est nécessaire. Il donne toutes les indications importantes concernant votre audience: le nombre des visiteurs, leurs provenances,  le CTR, les pages les plus vues, etc … ces données vous permettront d’identifier facilement si des failles subsistent encore.

Vous pouvez aussi utiliser d’autres outils seo comme semrush, mais ce dernier est payant.

Améliorer la vitesse de chargement de vos pages

C’est un point essentiel en SEO. N’oubliez pas que les internautes sont souvent de nature impatiente. Une seconde de trop à attendre que votre site s’affiche est une éternité pour eux. Par conséquent, il faut faire en sorte de raccourcir le plus possible de temps de chargement des pages. Pour ce faire :

  • Redimensionnez les images trop volumineuses ;
  • Evitez les vidéos trop lourdes ;
  • Pensez à l’indexation mobile ;
  • Retravaillez l’ergonomie de vos pages …

En moyenne, une page doit s’afficher en trois secondes. Au-delà, vous perdez déjà des internautes.

20. Penser à l’index Mobile First

Savez-vous que de nos jours, plus de la moitié des internautes sont des mobinautes ? Il faut donc faire en sorte que votre site soit indexé mobile. Cela facilite l’accès à vos contenus et vous évite les pénalités, car Google n’aime pas les sites trop lents.

Le SEO vocal, vous envisagerez

Il est encore peu utilisé, mais commence à faire son chemin. D’ici peu, le SEO vocal deviendra incontournable donc pourquoi ne pas s’y mettre dès maintenant ?

Pour rappel toutefois : les requêtes vocales ne sont pas vraiment semblables aux requêtes habituelles qu’on a l’habitude de lancer. D’habitude, on tape  seulement les mots-clés pour lancer une recherche alors qu’avec le SEO vocal, il faut former une phrase.

Pour anticiper son entrée en vigueur, il est conseillé de rédiger vos contenus en tenant compte de cela c’est-à-dire en donnant une réponse aux phrases que pourraient demander les internautes au lieu de vous focaliser uniquement sur un mot-clé. Désormais, il faut tenir compte d’un sujet-clé.

Lire aussi – Recherche vocale et fiche produit : comment bien les associer ?

Mettre à jour vos contenus

Globalement, tous vos articles de blog doivent être mis à jour régulièrement. Toutefois, pour bien procéder, vous devez faire un suivi régulier. Cela permet de déterminer les performances de chaque article et de déterminer si de nouvelles optimisations doivent être faites. Analysez les mots-clés déjà utilisés et ajoutez-en en fonction des tendances du moment.

Vous devez également analyser la teneur des contenus pour pouvoir enrichir vos textes de blog au fil du temps.

Enfin, il ne faut pas oublier que les consignes du SEO sont constamment renouvelées. Il faut donc s’adapter aux changements et améliorez ce qui peut l’être au fur et à mesure. Le travail d’optimisation SEO n’est jamais terminé. 

Pour compléter cet article, nous vous recommandons de lire ces deux billest :

 

Besoin d’aide pour rédiger du contenu, demandez nous :

 

Demander un Devis sur Mesure