(Mis à jour le: 19 octobre 2020)

Vitesse de chargement d’une page web : comment l’améliorer ?

On le sait tous, le temps de chargement d’une page web influe sur le taux de rebond et la visibilité d’un site. Plus la page met du temps à s’afficher, plus les internautes auront tendance à partir. Oui, ils ne sont pas d’un naturel patient et en plus, ils savent qu’ils peuvent trouver d’autres pages qui s’affichent plus vite. Pour ne pas les laisser partir, améliorer la vitesse de chargement est devenu indispensable. Comment faire ?

Trouvez facilement un rédacteur professionnel sur Redigeons.com

Contacter nous pour commander des textes

Pourquoi faut-il réduire le temps de chargement de ses pages web ?

Comme on vient de le souligner, les lecteurs 2.0 ne sont pas d’un naturel patient. Ils sont toujours pressés et même dans la lecture d’un contenu, ils commencent par un scan rapide pour détecter les éléments qu’ils cherchent. Cela implique deux choses :

  • Le temps d’affichage doit être le plus court possible :

Lorsqu’un internaute clique sur un lien, que ce soit via la page SERP, un réseau social, un lien inséré dans un contenu, un bouton call-to-action …, il s’attend à ce que la page s’affiche en quelques secondes. Une seconde de trop peut les pousser à fermer l’onglet et à passer sur autre chose.

Selon une étude américaine, la durée de chargement idéale est de 1,5 seconde, mais il faut le souligner, seuls 20 % des sites existants arrivent à réaliser une telle prouesse. La moyenne tourne autour de 3 secondes, donc tant que vos pages s’affichent en moins de trois secondes, vous n’avez rien à craindre. Le contraire doit, quant à lui, faire réfléchir, car il est évident que quelques points ralentissent encore votre site.

Il est bon de préciser que lorsqu’on parle de chargement, on entend par là un affichage complet : textes, images, vidéos, …

  • Les éléments clés du contenu doivent être mis en valeur :

Les internautes sont friands de la lecture en F. Cela consiste à lire les grandes lignes du texte (titres, sous-titres et mots-clés en gras) pour déterminer si le fond apporte les réponses qu’on cherche. Voilà pourquoi il est important de les soigner, car si le lecteur ne trouve pas satisfaction dans ces points, il ira voir ailleurs.

A lire – Rédaction web : comment trouver des titres percutants ?

En gros, le temps de chargement d’un site ou d’une page web améliore l’expérience utilisateur (UX) et favorise le référencement naturel. Les sites dont l’affichage se fait en moins de trois secondes sont mieux positionnés dans les SERPs et donc plus visibles.

Comment accélérer l’affichage d’une page web ?

Comment accélérer l’affichage d’une page web ?

Plusieurs données influent sur l’affichage d’une page web à savoir :

L’hébergeur

Lorsqu’on souhaite créer un site, il faut choisir l’hébergeur. Il en existe plusieurs et votre choix aura des impacts sur la vitesse de chargement de vos pages. Pour l’optimiser, il faut :

  • Eviter les hébergeurs qui accueillent trop de sites : cela signifie qu’un seul hébergeur stocke les fichiers de dizaine, voire de centaine de sites et reçoivent le trafic qui atterrissent dessus. Il est normal que l’ensemble des sites tournent au ralenti.
  • Choisir le bon serveur : on distingue le serveur mutualisé du serveur dédié. Le premier est utilisé par plusieurs sites en même temps. Résultat : vous n’aurez droit qu’à une petite place et ne pourrez accueillir qu’un trafic restreint. A contrario, le second n’accueille que votre site ce qui vous laisse toute la place dont vous avez besoin pour stocker vos fichiers et accueillir un trafic important.
  • Tenir compte des spécificités de l’hébergeur : bande passante, puissance du serveur et espace de stockage.

L’achat d’un hébergeur est obligatoire pour ouvrir un site sur le web. L’avantage c’est que vous trouverez une large fourchette de prix. Pour faire le bon choix, ne vous arrêtez pas sur le prix, mais tenez compte de vos réels besoins.

Les plugins et les widgets

Les plugins et les widgets permettent d’accroître les fonctionnalités d’un site. Il en existe une très large variété qu’on est souvent tenté d’en installer plusieurs. Certes, ils permettent d’améliorer l’expérience utilisateur et de faciliter la navigation, mais il ne faut pas oublier qu’aussi petits soient-ils, ils finissent aussi par ralentir le site. De ce fait, n’installez que ceux dont vous avez réellement besoin et ceux qui vous paraissent pertinents.

Lire aussi – WordPress : quels sont les plugins à utiliser pour le content marketing d’un blog ?

Les requêtes http

Lorsque vous cherchez à afficher une page web, une requête http s’effectue pour chaque composant de la page : image, script, fichier … Plus il y aura de requêtes, plus l’affichage sera lent. La solution : réduire le nombre de requêtes, mais faut-il encore savoir combien il y en a exactement.

Pour ce faire, rendez-vous sur la page à analyser, faites un clic droit, cliquez sur « Inspecter » puis sur « Network ». Un tableau s’affiche avec diverses colonnes. Prêtez surtout attention aux colonnes :

  • « Name », vous y trouverez tous les fichiers rattachés à la page web
  • « Size », vous y lirez la taille de chaque fichier
  • « Time » indique le temps nécessaire pour charger le fichier

Tout en bas, à gauche, vous verrez le nombre total de requêtes. Maintenant que vous avez un compte-rendu détaillé, triez les fichiers et ne retenez que ceux dont vous avez réellement besoin. Pour les autres, il suffit de les supprimer, car ils alourdissent seulement la vitesse de chargement.

Le code CSS

Puisque vos fichiers se composent de lignes de code CSS, essayez de retirer ce qui semble inutile et superflu, car cela va alourdir vos pages. N’utilisez que des formulations courtes et pour les couleurs, on privilégie le code hexadécimal.

La taille des images

Le poids des images et des vidéos contribue beaucoup à ralentir l’affichage d’une page web. Pensez alors à les redimensionner sans pour autant réduire leur qualité. Utilisez des outils de compression d’images pour les garder intact tout en allégeant considérablement leur poids. Pour optimiser vos images, voici quelques conseils :

  • La compression ne doit pas dépasser les 60-70 % si vous souhaitez sauvegarder leur qualité
  • Redimensionner vos images pour que leur taille soit adaptée à celle de vos contenus. On évite les images trop grandes et celles trop petites
  • Adoptez le bon format : généralement, on privilégiera le format JPG, mais si l’image contient du texte, des illustrations, un logo ou des icônes, on choisira PNG. En dehors de ces formats, on évite

Et bien sûr, on n’oublie pas de référencer les images.

La mise en cache

Pensez toujours à autoriser la mise en cache sur votre site. Ainsi, lorsqu’un internaute se rend sur l’une de vos pages, les éléments qui composent cette dernière vont être enregistrés dans un cache du disque dur ou bien sur une mémoire temporaire. Lorsque vous souhaitez revoir cette page ultérieurement, il n’y aura plus de nouvelles requêtes http à réaliser puisque tous les composants essentiels sont déjà enregistrés. L’affichage se fait alors rapidement.

Attention, si vous n’autorisez pas la mise en cache, cette fonctionnalité n’aura pas l’effet escompté. De plus, n’oubliez pas qu’en arrivant sur votre site, chaque visiteur débarque avec une mémoire cache vide. Il leur faut, au moins, une visite sur la page pour que le stockage des données puisse se faire.

Comment savoir si on a atteint la bonne vitesse de chargement ?

Comment savoir si on a atteint la bonne vitesse de chargement ?

La réponse est simple : faites le test.

Vous devez toujours garder en tête que Google privilégie désormais l’indexation Mobile First. Si vous n’avez pas encore basculé vers ce système, faites-le avant de faire le test. Si vous avez décidé de basculer ou si vous venez de créer votre site (les nouveaux sites étant indexés Mobile automatiquement), faites une petite vérification pour savoir si le temps de chargement est optimal.

Pour le test, commencez par ouvrir une page du site sur desktop puis faites-en de même sur mobile. En combien de temps la page s’est-elle affichée ? Si elle a mis moins de trois secondes, vous êtes dans les temps, mais vous pouvez mieux faire. Au-delà de trois secondes, vous devez tout revoir.

Enfin, n’oubliez pas de demander à Google de re-crawler votre page chaque fois que vous aurez effectué une modification.