(Mis à jour le: 17 août 2020)

Comment améliorer le taux de clics d’un site e-commerce ?

Vous avez ouvert une boutique en ligne, rédigé des fiches dans les règles de l’art, insérez de beaux visuels … mais les ventes ne décollent toujours pas ? Vérifiez votre taux de clic. Ce chiffre vous indique combien de clics vous avez reçu pour X affichages de votre lien dans les résultats de recherche ou depuis les campagnes Adwords. Un taux de clic trop faible doit vous alerter, mais pas de panique, il existe des astuces efficaces pour le faire remonter.

Trouvez facilement un rédacteur professionnel sur Redigeons.com

Contacter nous pour commander des textes

Le taux de clic c’est quoi ?

Avant toute chose, il convient de comprendre quel est cet indicateur. Egalement connu sous l’abréviation CTR (Click Through Rate), le taux de clic désigne le ratio entre le nombre de clics sur un élément précis et le nombre d’affichages de l’élément en question.

Si l’élément a été affiché 10000 fois et a reçu un nombre de clics de 100, son taux de clics équivaut à 1%. D’emblée, vous savez que c’est très peu par rapport à vos attentes donc vous devez essayer de comprendre pourquoi vous n’avez reçu que 100 clics.

Généralement, cela provient du message diffusé. Peut-être n’est-il pas assez convaincant pour encourager les internautes à cliquer là-dessus. Pour le savoir, retrouvez à la suite les différents éléments qu’il faut revoir et soigner.

La balise Title

C’est le titre qui va apparaître sur les pages des résultats de recherche. Ce titre doit être clair et inclure les mots-clés essentiels. Il doit inciter les internautes à cliquer dessus et évidemment, si vous mettez un titre quelconque, ils iront voir chez les concurrents.

Idéalement, la balise title doit être assez courte pour ne pas que Google la rogne à l’affichage. On mettra entre 15 à 40 caractères. Il faut noter que pour les moteurs de recherche, un titre plus long ne changera rien au positionnement de votre site dans les SERPs. Ce qui serait dommage toutefois c’est que les internautes n’aient pas accès à la totalité du titre. Ils ne sauront donc pas si la page répond à ses recherches ou non et préfèreront cliquer sur les résultats plus pertinents.

Par ailleurs, la balise title doit inclure des mots-clés qui font tilt dans la tête des internautes. Entre « escarpins Louboutin 38 pas cher » et « escarpins Louboutin 38 », les clics iront automatiquement vers le premier puisque le terme « pas cher » a le don d’attirer les clients. Tâchez de choisir des expressions de ce genre, mais avec un bon CTR. Vous avez par exemple livraison gratuite, garantie, X%, soldes, livraison expresse, meilleur prix …

La balise meta description

Dans les SERPs, la balise meta c’est la petite description qui suit l’url de la page. Si vous ne renseignez pas cette partie, le début du texte de la page s’y affichera par défaut et sera rognée au bout d’un certain nombre de caractères. Dans ce cas de figure, la phrase sera peu pertinente et n’apportera aucune information aux internautes.

Pour éviter cela, prenez soin de rédiger une vraie meta description accrocheuse. C’est un bref résumé du contenu de la page, censé attirer l’attention et convaincre les internautes que la réponse à leur recherche s’y trouve bel et bien.

Pour bien attirer l’attention, commencez votre meta description avec des phrases accrocheuses ayant un bon CTR. En exemples, on peut citer :

  • Economisez jusqu’à X% sur …
  • Cliquez ici pour voir toutes nos réductions sur …
  • Profitez des meilleurs prix sur …

Avec de telles formules, difficile de rester indifférent.

Le titre H1

Ce dernier doit intégrer des mots-clés de longue traîne. Si possible, proposez un titre sous forme de question. Ce genre de titres affiche le meilleur taux de clics dans les résultats de recherche. Pour trouver les bonnes questions, essayez de vous glisser dans la peau des internautes et essayez de comprendre leur intention de recherche. Autrement dit, il ne faut plus penser « requête », mais « intention de l’internaute ».

A lire – Rédaction web : comment trouver des titres percutants ?

Comprendre ce que l’internaute veut vous permet de proposer un featured snippet, c’est-à-dire d’atteindre la position zéro. Bien évidemment, question ou non, le titre H1 doit inclure les mots-clés.

Lire aussi – Le balisage H1 H6 : les bonnes pratiques !

Les mots-clés

Oui, le choix des mots-clés est aussi essentiel pour un site e-commerce, mais les outils pour générer les plus pertinents varient un peu. Pourquoi ? Parce que les outils habituels qu’on utilise se focalisent surtout sur des mots-clés informatifs. Lorsqu’on les saisit, ils vont juste s’orienter vers votre thématique sans pour autant afficher vos pages produits. Or, il faut garder en tête que lorsqu’un internaute recherche un article sur le web, il a déjà un modèle précis en tête. Ainsi, au lieu de seulement saisir « chaussures », une femme peut écrire « escarpins rouge Louboutin ».

Vous devez donc utiliser les bons outils pour trouver les expressions clés se référant à vos pages produits et non pas seulement à votre thématique. Pour ce faire, utilisez :

  • Amazon Suggest : même s’il est l’un de vos plus grands concurrents, les suggestions qu’il affiche vous donnera des mots-clés très précis, ceux utilisés par ses clients pour trouver des produits. Si vous vendez des escarpins, tapez « escarpins » dans la barre de recherche d’Amazon et attendez que d’autres suggestions s’affichent. Vous aurez ainsi des mots-clés plus ciblés et surtout des mots-clés de longue traîne à insérer dans vos meta données et dans vos fiches produits.
  • Keyword Tool Dominator : cet outil se montre plus performant, car il tient compte des mots-clés utilisés sur Amazon, sur Google, sur Ebay … Il propose ainsi une plus longue liste d’expressions précises à utiliser.
  • Voir les catégories des boutiques concurrentes : certaines boutiques en ligne proposent des catégories très « généralisées » telles que « chaussures », « sacs » … D’autres, quant à elles, proposent des sous-catégories plus précises telles que « chaussures femmes », « chaussures hommes », « chaussures enfants » … Et à chacune de ces sous-catégories peuvent correspondre d’autres modes de classement comme la variété de chaussures (escarpins, tennis, bottes, nu-pieds …) ou encore les marques (Louboutin, Nike, Zara …). Ces catégories-là, peuvent être utilisées en guise de mots-clés pour orienter les internautes dès la page des résultats.
  • Smartkeyword : cet outil affiche les mots-clés issus de trois sources différentes à savoir Google (Google suggest et keyword planner), la Search Console et les mots-clés de vos concurrents. Il donne une vue d’ensemble plus large et propose une infinie de possibilités différentes pour vous inspirer.

A lire – SEO sémantique : tout savoir sur les mots-clés secondaires

Les Rich snippets

Les Rich snippets ou extraits enrichis (en français) sont des informations qui donnent de la valeur ajoutée à vos annonces. Ils peuvent prendre diverses formes, mais les plus utilisées (et les plus performants) sont :

  • Les notes données par les internautes : sur la page des résultats de recherche, la note est souvent précédée d’étoiles puis d’une note en chiffres. Elle se situe généralement sous la balise title. Avant d’afficher cette information, assurez-vous d’avoir de bonnes notes, car une note médiocre fera fuir les clients.
  • Les avis clients et les votes : après la note, vous pourrez afficher « X avis » ou « X votes ». Ces données chiffrées encouragent aussi à cliquer sur un résultat, mais là encore, assurez-vous qu’ils soient assez nombreux et à majorité positive (notamment pour les avis clients).
  • Les mentions « En stock » ou « Epuisé » pour indiquer aux internautes si le produit est toujours disponible ou non.
  • Les visuels pour montrer directement aux internautes à quoi ressemble le produit qu’ils s’apprêtent à découvrir davantage en cliquant sur le lien.

Une seule url pour toutes les variantes d’un même produit

Vous proposez une même paire d’escarpins en rouge, en jaune, en vert, en gris, en noir … Au lieu de créer une page pour chacune de ces variantes, proposez plutôt un échantillon de couleur sur la page produit. Résultat : vous n’avez qu’une seule url référencée et surtout, les internautes ne trouveront pas plusieurs liens menant au même produit.

Il faut savoir que lorsqu’un internaute découvre plusieurs liens qui semblent le mener au même produit, il finit par ne cliquer nulle part. L’idée est donc de ne pas le laisser s’éparpiller et de lui proposer une seule réponse pertinente à ses recherches.

Lire aussi – Structure des urls : comment la rendre SEO friendly ?

Jouer sur les émotions des internautes

C’est une astuce efficace à ne pas négliger. Quelle que soit l’émotion que vous pouvez déclencher, vous êtes preneur. Il faut juste éviter l’indifférence, mais à part celui-ci, vous pouvez vous lâcher. Positive comme négative, les émotions ont le don de pousser les internautes à cliquer sur une page.

A lire – Comment donner plus de personnalité à ses contenus web ?

Prendre exemple sur la première position dans les SERPs

Malgré vos efforts en référencement et le respect des quelques astuces qu’on vient de vous proposer, d’autres concurrents arrivent toujours à se placer devant vous ? Pas de panique, car il vous reste une chose à faire : s’inspirer de celui qui a réussi à grimper à la première place des résultats de recherche.

Certes, c’est un concurrent, mais puisqu’il est arrivé à décrocher cette place, c’est forcément parce qu’il a réussi à mieux faire quelque part. Votre objectif est maintenant de découvrir ce « quelque part » où il a excellé plus que vous. Passez ses métadonnées et sa page produit au crible et ne vous arrêtez que lorsque vous aurez trouvé la réponse.

Une fois que ce sera fait, ne le copiez pas directement. Il faut s’inspirer de son astuce, voire proposer une meilleure astuce que lui pour le devancer.

Lire aussi – E-commerce : 7 pages indispensables pour votre site