(Mis à jour le: 15 septembre 2020)

WordPress : des détails qui comptent avant la mise en ligne du blog

Vous avez choisi WordPress comme CMS pour créer votre blog ? Vous avez bien fait. En suivant un guide ou un tutoriel, vous avez réussi à mettre sur pied votre blog ? On vous félicite. Vous souhaitez désormais le mettre en ligne et commencer à l’alimenter ? Quoi de plus normal, mais vous êtes-vous assuré que tout était en ordre avant le grand lancement ? Si vous n’en êtes pas sûr, refaites une dernière vérification pour ne pas commettre les négligences suivantes. Des négligences qu’un bon nombre de webmasters découvrent malheureusement un peu tard et qui peuvent ralentir la croissance du blog. Quelles sont-elles ?

Trouvez facilement un rédacteur professionnel sur Redigeons.com

Contacter nous pour commander des textes

Retirer le Widget Meta

WordPress propose de nombreux widgets à ses utilisateurs. Chacun d’eux permet de rajouter du contenu utile en dehors des articles publiés et des pages créées.

Durant la création d’un blog, le CMS intègre déjà quelques widgets pré-chargés. Autrement dit, vous n’avez plus besoin de les télécharger et de les installer puisqu’ils font déjà partie des fonctionnalités de base. Parmi eux, on cite le Widget Meta.

C’est un Widget de connexion grâce auquel les membres de votre équipe, ou même les visiteurs, peuvent se connecter sur le blog. Si vous souhaitez leur donner accès, vous pouvez garder cet outil. Par contre, si vous souhaitez rester le seul administrateur du blog, il est conseillé de retirer cet outil avant la mise en ligne du blog. Pour vous connecter, vous n’aurez ensuite qu’à accéder à votre panneau d’administration via l’url www.nomdedomaine.com/admin.

Si vous oubliez de retirer le widget, des informations qui n’ont aucune utilité aux internautes vont apparaître sur vos pages. Il s’agit d’informations telles que « Log Out », « See Admin », « Comments RSS » …

Pour retirer le widget, il vous suffit de vous rendre dans Réglages, puis Widgets et il vous suffit de configurer le sidebar.

En apprendre davantage sur WordPress

Installer Akismet

Dès lors qu’on décide de créer un blog, on poursuit un but précis : faire connaître sa marque, se créer une notoriété d’influenceur, booster la notoriété de son entreprise, vivre grâce au blogging … Quel que soit votre objectif final, tous les blogs dépendent d’une chose : le trafic.

Le trafic désigne les visiteurs qui débarquent sur votre blog. Plus vous en avez, mieux vos activités se portent. Mais vous devez vous douter qu’un internaute qui arrive sur une de vos pages n’est pas forcément bon signe.

Pour cause : il peut y atterrir, juger rapidement le design du blog et repartir. C’est ce qu’on appelle rebond. Il peut aussi y atterrir, lire la page en diagonale, repartir ou décider de reprendre la lecture depuis le début. Dans ce dernier cas, vous remportez déjà une petite victoire.

Un internaute qui décide de rester est prometteur, car votre contenu peut l’emmener à l’action que vous attendez de lui : achat, téléchargement d’un ebook, abonnement … Il peut aussi décider de vous laisser un commentaire et là encore, c’est un bon point sauf s’il s’agit d’un spam.

Les spams ralentissent, voire freinent, les résultats de vos efforts de référencement. Les moteurs de recherche les ont en horreur et pourtant, des commentaires de type spam peuvent nous atteindre tous les jours. Puisque vous ne pouvez pas contrôler les internautes sur ce qu’ils vont écrire et puisque vous avez besoin de commentaires, la meilleure solution est de se doter d’un outil anti-spam. C’est la mission principale d’Akismet.

En installant Akismet, le plugin anti-spam avant la mise en ligne du blog, vous vous protégez des spams puisque ce logiciel va trier les commentaires au volet. Il permet de supprimer les commentaires douteux et de ne conserver que ceux qui influent positivement sur votre SEO.

Supprimer l’article « Hello World »

Supprimer l’article « Hello World »

Bon nombre de webmasters ne fait pas grand cas de l’existence de cet article intégré par défaut à tous les thèmes WordPress. Il s’agit d’un article proposé par le CMS en guise d’exemple. Il est intitulé « Hello World » et vise à donner une idée aux nouveaux bloggeurs de ce qu’est un article blog.

Vu ainsi, c’est une aide précieuse pour laquelle on remercie WordPress, mais n’oubliez pas de l’effacer avant la mise en ligne du blog.

Pourquoi ? Tout simplement parce que l’article n’a aucun lien avec votre thématique ou avec votre activité. Si les robots crawlers des moteurs de recherche le retrouvent sur votre blog, une fois qu’il sera mis en ligne, ces derniers vont chercher le lien entre lui et le blog. S’ils n’en trouvent pas, cela va déteindre sur votre classement dans les pages des résultats de recherche. Evidemment, on ne vous souhaite pas cela d’où l’intérêt de le supprimer.

Pour ce faire, deux options s’offrent à vous :

  • Vous mettez seulement l’article dans la corbeille
  • Vous modifiez l’article original pour l’adapter à votre thématique et à votre ligne éditoriale

Certains préfèrent conserver l’article comme il est, mais en le faisant passer en brouillon. C’est une solution certes, mais peu recommandée. La raison est qu’en fonction des requêtes des internautes sur votre blog, cet article archivé peut toujours être retrouvé. Si vos visiteurs tombent dessus, ils n’y comprendraient rien, mais cela peut entacher votre professionnalisme, durement gagné.

Lire aussi – WordPress : quels sont les plugins à utiliser pour le content marketing d’un blog ?

Programmer les permaliens

Avant même la mise en ligne de votre blog, pensez à définir le permalien de vos futurs articles, ou plus précisément leur format. On appelle permalien la partie de votre url qui suit le nom de domaine. Il permet aux visiteurs de savoir sur quelle page de votre blog où ils se trouvent.

Exemple, s’ils se trouvent sur la page http://www.nomdedomaine.com/comment-definir-url/, ils savent tout de suite que sur cette page, ils vont trouver un guide, des conseils, un tutoriel pour créer une url.

Sauf que les urls ne se présentent pas automatiquement sous cette forme. Par défaut, WordPress insère dans le permalien la date de publication de l’article et son titre. Si on reprend l’exemple ci-dessus, vous obtiendrez alors http://www.nomdedomaine.com/2020/09/13/comment-definir-url/.

Puisque le CMS le propose automatiquement, c’est que cette forme n’est pas interdite. Toutefois, la présence de la date peut indiquer à vos futurs visiteurs que les informations sur la page sont dépassées. Résultat : ils ne vont tout simplement pas cliquer dessus et préféreront aller sur un autre blog.

Pour éviter cela, rendez-vous dans Réglages puis dans Permaliens. Là, vous aurez différentes possibilités. Idéalement, on choisira celle qui affiche seulement le titre de l’article, mais libre à vous de choisir entre les multiples possibilités. En paramétrant ce point assez tôt, toutes vos urls auront la même structure.

A noter que quel que soit le format choisi pour le permalien, vous pouvez toujours modifier l’url de vos articles avant leur publication. La modification se fait directement sur l’éditeur en cliquant sur la case Modifier près de la nouvelle url créée. Au cours de la modification, vous pourrez retirer les mots superflus et les informations non essentielles dans le titre. Le plus important c’est que cette retouche se fasse avant la mise en ligne pour éviter une redirection plus tard.

Lire aussi – Structure des urls : comment la rendre SEO friendly ?

Installer Google Analytics

Cet outil vous permet de suivre les performances de votre blog au fil du temps. Il est conseillé de l’installer sur le CMS dès le début de vos activités de blogging. Ainsi, vous pourrez juger de la progression du blog dès sa mise en ligne et y apporter les améliorations qui s’imposent assez tôt.

Google Analytics proposent de nombreuses fonctionnalités essentielles à tous les bloggeurs et webmasters. Il affiche des statistiques se référant à la performance ou aux anomalies que peuvent connaître une page. Il affiche aussi le comportement des visiteurs : trafic sur une période donnée, taux de rebond, durée des sessions, taux de conversion …

Toutes ces métriques vous permettront de peaufiner votre stratégie au fil des jours et d’ainsi améliorer votre référencement.

Lire aussi – Réussir sur Internet : 6 techniques SEO à adopter

Réseauter et lier le blog à vos pages sur les réseaux sociaux

Réseauter et lier le blog à vos pages sur les réseaux sociaux

De nos jours, un blog non relié aux réseaux sociaux a beaucoup de mal pour se faire une notoriété. Ainsi, dès lors que vous décidez de créer un blog, créez en parallèle des pages sur les réseaux sociaux avec lesquels vous êtes le plus à votre aise. Une fois que c’est fait, reliez votre blog à ces pages pour faciliter le partage de contenus.

La mise en place de ces liens dépend avant tout du thème choisi. En général, tous les thèmes aujourd’hui proposés par WordPress possèdent déjà les icônes des réseaux sociaux. Il faut toutefois s’en assurer avant d’adopter tel ou tel thème. Les icônes se situent, le plus souvent, dans le header ou dans le footer.

Ensuite, ne gardez que les icônes qui vous sont utiles. Si par exemple, vous n’avez pas de compte sur Pinterest, il est inutile de garder l’icône s’y référant. Cela risque seulement de mettre vos lecteurs sur une fausse piste.

Enfin, avant de finaliser la mise en ligne du blog, vérifiez que les icônes retenues mènent bien sur vos pages sur les réseaux sociaux et non pas seulement sur la page d’accueil du réseau social choisi.

Il est important de souligner que la création d’une communauté sur les réseaux sociaux est essentielle pour que votre blog se fasse connaître. Et bien sûr, il ne suffira pas seulement de les créer, mais il faut aussi se donner la peine de les animer.

Lire aussi – WordPress : pourquoi est-ce le CMS à choisir pour la création de blog ?

Garantir la performance du blog

On pense souvent que la performance du blog dépend essentiellement des contenus à venir et de notre dynamisme sur la toile. C’est vrai, mais ce n’est pas tout puisqu’il est possible de garantir cette performance bien avant les premières publications. Comment faire ?

  • Mettre en place un plugin de cache comme WP Rocket
  • Choisir un thème bien codé
  • Choisir le bon hébergeur
  • Décharger les scripts
  • Optimiser les images: taille, format, balises …
  • Nettoyer la base de données

Ce sont des petites choses auxquelles on ne pense pas forcément et qui peuvent pourtant freiner la vitesse de téléchargement du site.

Renforcer la sécurité du blog

Les hackers ne sont jamais assez loin pour nous laisser travailler tranquillement. Pour les tenir éloignés, pensez à renforcer la sécurité de votre blog dès le départ. Pour ce faire, voici quelques astuces intéressantes :

  • Mettre en place le plugin WPS Limit Login
  • Mettre en place un plugin de sécurité plus performant tel que SecuPress
  • Dissimuler la page de connexion

Et au fur et à mesure que votre blog évolue, pensez toujours à faire des mises à jour régulières, essayez de détecter les failles au niveau de la sécurité mise en place …