(Mis à jour le: 14 janvier 2020)

Rédaction SEO : que faire des mots-clés mal orthographiés ?

Dans la logique d’un rédacteur lambda, tous les mots du texte, y compris les mots-clés doivent être écrits correctement. Ceci n’est pas faux, mais les rédacteurs SEO savent qu’ils doivent parfois déroger à cette règle. Effectivement, les besoins du référencement les y obligent dans certains cas et on vous explique pourquoi.

Quel est l’impact des mots-clés mal orthographiés ?

Avant chaque rédaction à faire, le rédacteur doit chercher les mots-clés les plus pertinents à intégrer dans son texte et établir son plan éditorial. Il dispose de nombreux outils pour trouver ces expressions, mais il peut aussi se baser sur les suggestions de Google. Dans tous les cas, il arrive qu’il tombe sur des termes bien positionnés et pourtant, mal orthographiés. Devez-vous les prendre en compte ?

Oui et non. L’utilisation, à petite dose, de mots mal orthographiés est envisageable et même conseillée. Toutefois, on insiste bien sur le « à petite dose » puisque si vous en mettez trop, c’est la qualité générale du texte qui en pâtira. En effet, trop de fautes d’orthographes nuit à votre e-réputation, à votre visibilité et ce, même si vous les insérez exprès.

Pour les internautes, un article bourré de fautes équivaut à un texte de mauvaise qualité, avec des informations non fiables et un site à ne plus consulter. Pour les moteurs de recherche, la logique reste la même. Une ou deux fautes restent acceptables puisque peut effectivement se référer au référencement, mais au-delà, ils considèrent cela comme une incompétence du rédacteur. Résultat : le site va également être pénalisé et perdre en visibilité.

Par conséquent, si on doit vraiment en insérer, limitez-vous à quelques termes seulement. Et encore, il faut faire attention à bien les insérer dans le texte. Seuls les mots-clés mal orthographiés qui se fondent parfaitement dans le texte vous apporteront quelques bénéfices en matière de référencement. Si par contre Google voit que certains termes ne sont pas naturels du tout, les pénalités peuvent tomber.

Mais pourquoi utiliser de telles expressions ?

Quand les internautes lancent une recherche sur le web, ils ne se donnent pas la peine de mettre les accents, les apostrophes, les cédilles … Plus ces expressions sont reprises par plusieurs personnes, plus Google va les considérer comme pertinents. Dans ce cas-là, il peut les proposer dans ses suggestions et les outils peuvent aussi les faire apparaître.

Pour de tels mots, il est intéressant de les reprendre dans le texte, car ils vous apportent du trafic même s’ils sont mal écrits. Toutefois, avant de choisir lesquels il faut utiliser, il faut bien les analyser et ne prendre que les plus pertinents. Il est inutile d’utiliser des expressions déjà faussées et qui ne vous apportent en plus aucun trafic de qualité.

Quand faut-il les corriger ?

Autant que possible, on conseille toujours de corriger les mots-clés. La raison est que les moteurs de recherche sont aujourd’hui plus intelligents et qu’ils corrigent automatiquement les fautes d’orthographe que les internautes peuvent faire.

Ainsi, lorsqu’un internaute saisit le terme « referencer un site », Google va automatiquement faire apparaître les résultats pour « référencer un site ». Il en va de même lorsque l’internaute écrit une expression sans mot de liaison. Les moteurs de recherche les corrigent automatiquement.

De ce fait, sauf consigne précise des clients, il est toujours conseillé de corriger ces expressions clés qui, non seulement vont apporter du trafic vers votre site, mais aussi améliorer sa position dans les SERPs.

Comment insérés de mots faussés subtilement ?

Comme on l’a dit plus haut, trop de fautes d’orthographes nuit à votre stratégie de content marketing et à votre réputation. Cela vous attribuera une mauvaise notoriété et une mauvaise image auprès des internautes.

Néanmoins, lorsque vous ne pouvez les éviter, il faut le faire avec subtilité. Les mots-clés mal écrits doivent être insérés naturellement. Pour ce faire,

  • Placez-les dans un contexte cohérent : il doit être cohérent avec la thématique du site, le sujet de l’article et aussi le paragraphe au sein duquel il est inséré.
  • Espacez-les : si vous devez insérer plus d’un mot ou d’une expression mal écrit dans le texte, évitez de les placer à la suite. Espacez-les autant que possible pour qu’ils ne soient pas trop dérangeant au regard.
  • Variez les mots-clés : bien sûr, vous allez devoir utiliser ces mots faussés dans votre texte, mais associez-les à des mots-clés bien orthographiés. Cela confirmera aux moteurs de recherche que leur utilisation se réfère réellement au référencement naturel.

Rappelons que pour le choix des mots-clés, vous devez tenir compte de la sémantique du thème. Ne retenez que les expressions à forte valeur ajoutée et surtout, mélangez les mots clés courts aux mots clés de longue traîne. Contrairement à ce que l’on peut penser, ce genre de mots-clés permet d’avoir du bon trafic. Ils sont effectivement plus précis et permettent de se positionner sur des mots-clés peu concurrentiels.

Même avec des fautes, on soigne le contenu

Enfin, une dernière règle importante à retenir lorsqu’on souhaite utiliser des mots-clés mal orthographiés c’est de soigner le contenu. Avec des textes de haute qualité, les mots-clés mal écrits n’auront plus autant d’importance. Tâchez donc de bien appliquer les règles de rédaction majeures qui sont :

  • un titre accrocheur avec le mot-clé principal de votre texte ;
  • une courte introduction qui résume globalement le texte. Cette partie doit également être très accrocheuse puisqu’elle va convaincre les lecteurs de poursuivre ou non la lecture ;
  • des sous-titres pertinents avec d’autres mots-clés de la sémantique : évitez de reprendre le même mot-clé dans tous les sous-titres, car cela va sur-optimiser le texte et Google n’aime pas cela ;
  • des phrases courtes : on évite les phrases trop longues qui perdent tout leur sens ;
  • une structure de texte agréable : il faut éviter de faire de longs blocs de texte qui font fuir les lecteurs. A la place, on privilégie les paragraphes courts, les listes à puces pour les citations, …
  • des images de qualité : qu’il s’agisse de fiches produit, de textes de fond, d’actualités … il faut toujours insérer de belles images dans les textes. Cela se réfère à la qualité générale, mais aussi aux dimensions et au poids des visuels utilisés. De préférence, on insèrera des photos assez grandes, mais dont le poids de ralentit pas l’affichage des pages. Elles doivent également être cohérentes avec le contexte et le sujet et bien sûr, il faudra penser à renseigner leur balise alt et leur légende ;
  • des informations pertinentes : outre la mise en page générale du texte, son contenu doit également être soigné. Proposez des informations vérifiées et à jour. Triez les renseignements par ordre d’importance puis annoncez-les en partant de la plus importante vers la moins importante.

Si vous arrivez à séduire les lecteurs avec le fond de votre texte et le style adopté, les mots-clés mal-écrits contribueront seulement à vous apporter du trafic.