(Mis à jour le: 30 octobre 2019)

Depuis quelques mois, l’idée d’écrire un roman trotte sérieusement dans votre tête, mais vous ne savez par où commencer surtout que vous espérez un best-seller ? Il est vrai que passer de la rédaction SEO au roman fait un peu peur, mais avec les bonnes bases, vous y arriverez facilement. Voici quelques conseils à mettre en pratique.

L’inspiration, vous l’avez ?

Toute histoire commence par des idées donc pour écrire un roman, vous devez commencer par avoir une idée de ce que vous voulez écrire. Le problème c’est que cela ne vient pas à chaque fois, mais il faut attendre que l’inspiration vienne et là encore, on ne peut jamais dire quand elle va arriver.

Les écrivains ont toutefois une petite astuce : toujours garder un carnet de note sur eux et notez les évènements qu’ils découvrent au gré de leurs déplacements ou même sans bouger de la maison. Certes, certaines notes ne vous serviront pas à grand-chose, mais elles peuvent toujours servir.

Et qui sait, en notant, l’inspiration vous viendra peut-être …

Besoin d'aide ! Contactez-nous ...

La structure, vous y avez pensé ?

Écrire un roman

 

Comme dans tout travail de rédaction, un roman se doit d’être bien structuré. Il faut donc commencer là-dessus, car cela vous aidera à rassembler et à harmoniser vos idées. Pour ce faire,

  • divisez d’abord votre histoire en trois parties se référant respectivement :
  • au début : c’est dans cette partie que vous présentez vos personnages et que vous parlez un peu de leur vie respective ainsi que de leur vécu.
  • au conflit : dans cette partie, vous devez évoquer les changements ou les évènements qui sont venus déranger leur routine quotidienne. Il s’agit de l’intrigue ou de la problématique de votre histoire.
  • à la résolution : dans cette partie, vous devez raconter comment vos personnages se sont sortis de leur problème et préciser s’ils ont réussi à s’en sortir ou s’ils ont empiré leur situation ?
  • commencez l’histoire à une période de la vie de vos personnages et non pas depuis leur naissance sauf si cela apporte un quelconque intérêt à l’histoire.
  • zappez les introductions qui ne veulent rien dire donc de préférence, écrivez une introduction qui introduit réellement l’histoire au lieu de donner des informations inutiles.
  • limitez-vous à trois personnages principaux au maximum. Bien sûr, vous pourrez en ajouter autant que vous le souhaitez, mais pour un premier roman, vous risquez de vous perdre vous-même dans votre histoire et bien sûr, vos lecteurs ne vous suivront plus. Avec trois personnages, vous aurez à vous baser sur trois interactions ce qui est encore facile à maîtriser. Mais au-delà de trois interactions, les choses deviennent vite compliquées donc préférez la simplicité pour commencer.
  • évitez les sauts en arrière : certains écrivains aiment les flashbacks. Il est vrai que cela donne du style à l’ouvrage et que c’est une astuce intéressante pour introduire des informations auxquelles on n’aurait pas pensé depuis le début, mais pour un premier livre, mieux vaut s’en passer, car il faut de l’expérience pour maîtriser cela étant donné que cela doit être cohérent avec l’histoire et tomber au bon moment.

Découvrez les secrets du bon blogueur

Vos personnages, les connaissez-vous parfaitement ?

 

Vous racontez l’histoire de Michel et de Martine, mais savez-vous où est né Michel, qu’est-ce qu’il fait dans la vie, qu’est-ce qu’il préfère ou déteste, quels sont ses projets, … Il en va de même pour Martine. Vous devez connaître parfaitement vos personnages et même si cela requiert un travail en plus, pensez à rédiger une petite fiche sur chaque personnage. Bien sûr, vous n’allez pas les insérer dans votre roman, mais elles vous serviront de pense-bête. Gardez en tête que chaque détail peut rendre votre plausible, mais n’allez pas tous les insérer au risque d’alourdi votre ouvrage.

Et toujours dans cette optique, pensez à rendre vos personnages réalistes. Dans ce sens, ne leur construisez pas une vie loin de tous soucis. Au contraire, il faut les accabler d’épreuves et les entourer d’une part de mystère. Vos personnages doivent avoir des secrets que vous ne dévoilerez que vers la fin. Contentez-vous juste de les évoquer au cours des premières pages pour susciter l’intérêt de vos lecteurs.

Sur ce point-ci, vous devez démontrer votre savoir-faire en matière de storytelling. Arriverez-vous à toucher la corde sensible de vos lecteurs en leur parlant de vos personnages ?

Il faut avoir qu’un personnage sans intérêt donne une histoire sans intérêt alors qu’un personnage intéressant, qui émeut, qui fait peur, qui nous met en colère, qui nous fait rêver, … est un personnage dont on veut connaître l’histoire.

Besoin d'aide ! Contactez-nous ...

Où se passe votre histoire ?

roman

Pour aider les lecteurs à imaginer votre histoire, vous devez leur décrire le cadre de vie de vos personnages. Bien, vous avez dit qu’ils vivaient en Australie, mais encore ? Vivent-ils dans la brousse au milieu des kangourous ou plutôt dans une ville urbaine comme Sydney ? Vivent-ils au bord de la mer ou dans une zone montagnarde reculée ? …

Vous devez donner des détails sur le lieu où l’histoire se passe. Et si possible, insérez dans vos fiches l’endroit où vivent vos personnages. Peuvent-ils voir la mer de leurs fenêtres ou vivent-ils dans un appartement sombre qui donne sur le mur du voisin ? Comment se présentent les paysages ? Ses voisins sont-ils amicaux et les habitants en général sont-ils sympathiques ? Le climat est-il toujours au beau fixe ou à la période de votre histoire, y pleut-il des cordes ?

Les informations données doivent être cohérentes avec le lieu de l’histoire. N’allez pas dire que vos personnages se sont retrouvés sous la neige par un beau jour de janvier alors que l’histoire se passe en Afrique !

Et au-delà de vraies informations, sachez ajoutez une note sensorielle dans vos mots. Ses yeux étaient aussi bleus que la mer qu’il voyait de sa fenêtre, elle avait un caractère aussi doux que celui des fleurs qui s’épanouissaient dans son jardin, … Là, vous décrivez en même temps l’environnement où vit votre personnage tout en faisant rêver les lecteurs.

Là encore, pensez à tout noter sur une fiche pour qu’au fil de l’histoire, vous puissiez intégrer une petite information sur le lieu de vie de vos acteurs principaux.

Le dialogue, comptez-vous en insérer ?

On le conseille fortement pour casser les longs blocs de texte qui n’en finissent pas. Attention toutefois, il faut savoir les insérer au bon moment. Dans un roman, les dialogues servent à :

  • donner de l’action au livre
  • dévoiler le tempérament de vos héros

Vos dialogues doivent se limiter à l’essentiel donc évitez les monologues et les conversations sans queue ni tête. Vous devez beaucoup travailler sur ces parties du livre donc pensez à écouter les dialogues dans les films, les dialogues de vos proches, … pour vous inspirer.

Et comme tous les paragraphes du roman, les dialogues doivent apporter quelque chose de nouveau. On évite d’y citer des choses que les lecteurs savent déjà depuis le début.

Besoin d'aide ! Contactez-nous ...

Un bon logiciel, en avez-vous trouvé ?

Il fut un temps où les écrivains se contentaient de feuilles blanches, d’une plume et de l’encre pour écrire. Les écrivains des temps modernes ont droit à plus puisqu’ils peuvent utiliser des logiciels pour peaufiner leurs ouvrages. Il suffit donc de trouver celui avec lequel vous êtes le plus à l’aise.

Ceux qui veulent utiliser le document word le peuvent, mais cet outil ne fournit pas les bonnes fonctionnalités pour gérer un roman. En effet, pour un livre, vous devez insérer des scènes, des lieux, des objectifs, … ce qui fait que vous avez besoin de plusieurs onglets à jongler en même temps. Le mieux c’est donc de trouver un logiciel pratique tel que :

  • Ywriter :

Ce logiciel est ultra-pratique puisque permet d’insérer différentes scènes en parallèles ? Vous pouvez également insérer des chapitres, des sous-chapitres, … pour les réarranger plus tard.

Il propose de nombreuses fonctionnalités utiles à l’écrivain ce qui procure un gain de temps inestimable.

Vous pouvez choisir le point de vu, fixer des objectifs, …

Et en prime, c’est un logiciel gratuit qui permet de bien organiser votre travail.

  • Scrivener :

Il s’agit également d’un logiciel intéressant, mais payant. De plus, il est plus adapté au Mac qu’au PC classique. Si vous répondez à ces exigences, il vous aidera dans votre rédaction puisque permet :

  • une meilleure organisation de ses recherches
  • l’enregistrement de différents types des fichiers tels que des vidéos, des images, des PDFs, des documents words, des documents .txt, …
  • une bonne gestion de vos notes
  • de varier les styles d’écriture puisque le roman n’est pas son seul champ d’action

Et vous, de quels outils vous servez-vous pour vos romans ?